MENU

SAVOIR VERT

SAVOIR VERT / Contexte: Concours A'bois/ Année: 2012/ Collaboration: Simon Himpens Du savoir vert s'annonce comme une réponse architecturale pour un (autre) développement durable: il se veut allier un concept de vie (habiter avec un arbre), un problème planétaire (la déforestation), un projet architectural participatif et la sensibilisation d'habitants aux richesses de leur environnement plutôt que de se cacher derrière un label dit "écologique" qui protège l'innovation technologique face à la matière grise. Les inspirations sont nombreuses et diverses, de Anna Heringer, en passant par AOA, Carin Smuts, Patrick  Bouchain, ou encore Kinya Maruyama. Le projet émerge ainsi de cultures constructives multiples: des étudiants et professionnels français aux habitants et constructeurs congolais où chacun apporte un petit quelque chose à l'ensemble. Un arbre au centre de la maison, un arbre une maison. Du savoir vert définit des usages et des performances: des relations et des dimensions spatiales, des nécessités de fonctions et de qualité technique, des intentions d'intégration formelle et sociale. Cette proposition se dessine à travers une structure intuitive. Le passage de l'intuition à la solution constructive se déroule par une étude plus approfondie et la construction d'une ferme échelle 1 dans les locaux de l'ENSA-Versailles durant la phase […]
Read More ›

THE LITTLE PRAIRIE ON THE HOUSE

THE LITTLE PRAIRIE ON THE HOUSE Le défi des villes du 21è siècle sera de devenir soutenable. Pour y arriver, elles vont devoir concilier des problématiques sociales, économiques, écologiques, géographiques. Mais tout maîtriser en même temps est une utopie.  Ce que nous proposons pour mener à bien cette ambition, c’est de donner du rythme à la génération de la ville, ou de la temporiser. Comme un fermier qui met son champ en jachère pour le valoriser, nous proposons d’instaurer une jachère urbaine qui alternera entre construction, valorisation et sédimentation des espaces. Ce cycle se divise en 3 phases. Une phase économique qui correspond à la construction d’un ouvrage et surtout de sa toiture «chapeau», nouveau sol technique et structurel, élément indispensable au renouvellement de la ville sur elle-même. Viens ensuite une phase de valorisation d’une durée fixe pendant laquelle ce toit devient profitable aux habitants. Les usages envisageables sont multiples: jardins suspendus, fermes urbaines, zoo, parc.... Ensuite c’est la phase de sédimentation. Après plusieurs années de rendement social, la parcelle en toiture redevient constructible et un nouveau cycle peut s’amorcer. Nous envisageons ainsi une ville capable de se renouveller sur elle-même, qui limite son étalement urbain, crée de l’espace pour […]
Read More ›